Le premier album solo de Betty Bonifassi

Cet album est un hommage à la force de résilience, à la dignité et à la beauté des esclaves Africains déportés en Amérique à des fins de main-d’oeuvre. L’Afrique a construit l’Amérique dans sa structure comme dans son art, au prix de son sang. Grâce à M. Alan Lomax, nous avons pu entendre ces chants 100 ans plus tard, afin de ne jamais oublier…

Betty Bonifassi

Elle n’a plus besoin de présentation mais, pour la petite histoire… Betty Bonifassi fut révélée avec Les Triplettes de Belleville, sa collaboration avec DJ Champion et le duo Beast. Elle est sans contredit l’une des très grandes voix au pays et possède un magnétisme à rendre fou.

Betty Bonifassi présente, enfin, son premier album à son nom, disponible le 23 septembre prochain sur l’étiquette montréalaise L-A be. Accompagné de Jean Francois Lemieux (réalisation et basse), Benjamin Vigneault (Batterie) et Alex Mac Mahon (réalisation et claviers), Betty Bonifassi offre cet ambitieux album, au départ né d’une recherche musicale pour la pièce de théâtre Des souris et des hommes de Steinbeck, se veut un hommage aux afro-americain prisoners’ songs des années 1920 du sud des États-Unis, chants créés afin de soutenir la cadence de travail qui était insoutenable et inhumaine.

Ces chants sont l’inspiration de ce projet, relecture moderne de cette œuvre déjà archivée en grande partie par la famille Lomax. Alan Lomax (1915-2002) fut un célèbre ethnomusicologue, folkloriste, musicologue et collectionneur de musiques américaines qui a réuni la musique des États-Unis et des Caraïbes, ainsi que celles des nations européennes qui ont influencé cette musique. Il archivera du folkore pendant 52 ans. On retrouve sur le disque l’essence même de Betty Bonifassi.

Elle réussi de façon parfaitement intense à faire passer les émotions, les douleurs et les espoirs de ces chants d’esclaves en enrobant le tout d’un amalgame de blues, de soul, de funk, d’électro et de rock, couronné de cette extraordinaire voix. Du premier extrait, la lancinante Whoa Buck en passant par l’hypnotisante Grizzly Bear jusqu’à l’hallucinante Black Betty, Betty Bonifassi offre un album de 12 grandes chansons

– dont 2 pièces originales – d’espoir qui fera… histoire. Dans une entrevue accordée à Sylvain Cormier du Devoir avant son spectacle au dernier Festival International de Jazz de Montréal, Betty Bonifassi résume : « J’ai enfin trouvé la manière d’exprimer ce qui m’obsède depuis toujours, ce que j’ai voulu dans tout ce que j’ai fait, les Triplettes, DJ Champion, Beast, mes 30 ans de musique ! Toute ma vie j’ai cherché quelque chose et là je le tiens ! Mon mélange in vitro ! »

Les dates de la tournée prévues pour 2015 seront annoncées sous peu…

Pré-commandez dès aujourd’hui l’album ici

Comments are closed.